Joyeuses fêtes de fin d’année!

Madame, Monsieur,

L’année qui s’achève a été marquée par de profonds bouleversements, pas seulement en Suisse. La pandémie de coronavirus a exigé beaucoup d’efforts de nous tous. Du jour au lendemain, les entrepreneurs ont dû mettre en place de nouvelles directives de protection. Parfois, les règles changeaient en l’espace de quelques jours. Cette situation ayant suscité de nombreuses questions, nous avions des contacts quotidiens avec de nombreux membres. Le secrétariat a été sollicité. La situation a été difficile et elle le reste, il ne faut pas le nier. Cependant, malgré les difficultés, nous pensons que nous pouvons dresser un bilan positif. La collaboration intense au cours de ces derniers mois difficiles a renforcé la cohésion entre l’association et ses membres, pendant une période où le maintien des distances était pourtant de mise. La solidarité entre les entreprises membres a été exemplaire; là aussi, nous avons assisté à un élan de cohésion. De nombreuses entreprises se sont entraidées pour mettre en œuvre les mesures d’hygiène. L’association et les membres poursuivaient un objectif commun: que le secteur dans son ensemble sorte de la crise avec le moins de dommages possible. Cela a renforcé les liens.

Au printemps dernier, la Suisse alémanique et la Suisse romande se sont également rapprochées au sein de notre association. Ce rapprochement s’explique notamment par les deux nouvelles arrivées au sein du Comité de direction. Jeremy-David Benjamin, nouveau responsable Politique patronale et Service juridique, a grandi à Lausanne et a fait ses études à Fribourg. Avant de prendre ses fonctions au sein de la SSE, il était responsable suppléant du service juridique de l’assurance-chômage au sein du SECO. Martin Graf, nouveau responsable du domaine Gestion d’entreprise, a auparavant travaillé comme chef de la division Maintenance Suisse romande pour les CFF. Cet Alémanique connaît donc bien les deux parties du pays.

Malgré le contexte très difficile, nous avons enregistré quelques succès majeurs cette année, parmi lesquels la révision totale de la loi sur les marchés publics (LMP). La concurrence axée sur la qualité prime désormais sur la quête de l’offre au meilleur prix, une approche dont les conséquences se sont révélées désastreuses. En cette période de Noël, le souhait que nous formulons aux membres est que l’on ne dépose désormais pas automatiquement un recours quand le prestataire le moins cher n’est pas retenu! Sinon, il y a un risque de voir se maintenir la situation actuelle, marquée par cette lutte ruineuse pour les prix les plus bas.

Parmi les autres objectifs importants que nous avons atteints au niveau politique figurent la suppression de la redevance de radio-TV pour les consortiums à partir de 2021 et la création des bases juridiques pour l’utilisation du numéro AVS dans notre système SIAC.

Au printemps, en collaboration avec Infra Suisse, la SSE a lancé le plan en cinq points dans lequel elle exhorte les maîtres d’ouvrage publics à ne pas ralentir les activités de planification et de construction. L’enquête trimestrielle de la SSE a toutefois mis en évidence un recul des marchés de travaux publics. Les entreprises membres ont massivement soutenu la SSE dans sa campagne du printemps dernier en accrochant des bâches présentant le plan en cinq points. Nous avons apprécié ce soutien et sommes très reconnaissants envers les entreprises concernées. Une fois encore, la «cohésion» a été déterminante.

Agir ensemble plutôt que de manière isolée: telle est la devise à l’ère de la digitalisation. Cette dernière offre des opportunités, mais présente aussi des risques, et elle bouleversera certains des processus que nous connaissons. La SSE dit: «Abordons cette thématique ensemble!». Cela signifie que la SSE a élaboré divers outils pour ses membres, qu’elle met à leur disposition à moindres frais. Les petites entreprises qui n’ont pas de spécialistes IT peuvent ainsi prendre part au changement technologique et se préparer à la révolution numérique. Deux groupes Édex dédiés à la digitalisation ont été créés en 2020, ainsi que différentes publications spécialisées. Les échanges avec les autres sont précieux et permettent à tous les protagonistes d’avancer.

Le travail du masterplan «Formation professionnelle 2030 de la SSE» repose aussi sur le principe de la «cohésion». Les formations initiales et toutes les formations professionnelles supérieures doivent être adaptées le mieux possible aux futures exigences, dans l’intérêt des entreprises de construction. Dans un premier temps, les entrepreneurs ont pu exprimer leurs besoins. Cette année, une étape intermédiaire importante a été franchie avec la définition des points clés. L’objectif est d’assurer la relève en spécialistes qualifiés dans le secteur principal de la construction et de veiller à ce que les futurs professionnels de la construction disposent exactement des compétences dont ils auront besoin au quotidien.

En général, nous formulons un seul souhait dans notre courrier de Noël. En cette année particulière, puisse ce second souhait également être exaucé: que l’année 2021 soit une année normale, avec les thèmes et les tâches habituels. Cela signifierait que les entreprises seraient parvenues à résister à la crise et à relever les défis particuliers auxquelles elles et la société dans son ensemble sont confrontées. En 2021, le secteur de la construction continuera à soutenir l’économie suisse. Nous l’avons montré tout au long de cette année qui se termine: ensemble, nous pouvons y arriver!

Nous vous souhaitons, à vous ainsi qu’à vos collaborateurs, à vos familles et à vos proches, une bonne santé et de joyeuses fêtes de fin d'année.

 

Gian-Luca Lardi, président central & Benedikt Koch, directeur de la SSE

A propos de l'auteur

pic

Schweizerischer Baumeisterverband

[email protected]

Partager l'article