La SSE écrit à Guy Parmelin et Ueli Maurer

Le secteur de la construction peut être un pilier pour l’économie suisse dans son ensemble. Il faut toutefois que les maîtres d’ouvrage publics ne suspendent pas les projets de construction déjà approuvés. Avec son plan en cinq points, la SSE demande aux autorités fédérales, cantonales et communales, de ne pas renoncer maintenant aux projets de construction. La SSE et constructionsuisse ont adressé cette demande aux conseillers fédéraux Guy Parmelin et Ueli Maurer.

 

La Société Suisse des Entrepreneurs et Infra Suisse ont lancé le plan en cinq points pour répondre à la récession due à la crise sanitaire. Celui-ci demande aux autorités de continuer à planifier des projets de construction, à les autoriser et à les réaliser. L’économie dans son ensemble peut ainsi être soutenue sans devoir mobiliser des aides financières. Les pouvoirs publics n’ont pas non plus à engager de nouvelles dépenses, car les crédits pour les projets en question ont déjà été maintes fois approuvés, ce qui signifie que les moyens sont disponibles. Certains représentants des pouvoirs publics appliquent très bien le plan en cinq points. « Peu après le début de la pandémie, nous avons demandé au gouvernement un crédit Covid distinct pour avancer des travaux de maintenance, et il nous a été octroyé. Ce crédit a été entièrement épuisé avant fin 2020 », affirme par exemple Mario Läubli, chef du service cantonal des constructions et responsable du service de l’aménagement du territoire du canton de Schaffhouse. Le 9 septembre 2020, la conseillère nationale Daniela Schneeberger a déposé une interpellation intitulée « Préserver l’emploi, atténuer les effets de la récession et éviter les dettes supplémentaires ». Le plan en cinq points y était explicitement mentionné. Dans sa réponse, le Conseil fédéral a exprimé son soutien à la campagne de la SSE.

Exemples négatifs

Il y a malgré tout aussi des contre-exemples. Ainsi, en début d’année, les Chemins de fer fédéraux CFF, étroitement liés aux autorités fédérales, ainsi que l’École polytechnique fédérale de Zurich EPFZ ont informé qu’ils suspendaient de grands projets de construction. L’EPFZ a ainsi renoncé à l’extension et à la rénovation totale du bâtiment polyvalent, du restaurant universitaire et de la terrasse du poly (voir photo). Et ce, alors que ce projet avait été justement vanté et soutenu par le Conseil fédéral dans la réponse que celui-ci a adressée à l’interpellation Schneeberger. Les CFF ont quant à eux décidé d’interrompre plusieurs grands projets dans toute la Suisse.

La SSE et constructionsuisse interviennent auprès du Conseil fédéral

La SSE a réagi en conséquence et proposé l’envoi d’un courrier aux conseillers fédéraux Guy Parmelin et Ueli Maurer. L’ensemble du secteur de la construction, par l’intermédiaire de son association faîtière constructionsuisse, a saisi l’occasion et demandé des explications. « Nous appelons en particulier les pouvoirs publics, en leur qualité de maîtres d’ouvrage, à ne pas s’engager sur la voie des économies, mais à continuer à planifier et à réaliser. Les donneurs d’ordre officiels doivent donner le bon exemple. » Et de poursuivre : « Nous serions heureux que vous, les ministres de l’économie et des finances, vous engagiez à ce que les projets envisagés soient réalisés comme prévu, ce qui donnerait au secteur de la construction l’occasion de continuer à jouer le rôle de pilier de l’économie, donnant ainsi courage et espoir aux PME suisses. » Le secteur de la construction attend désormais des réponses. La Confédération est-elle encore favorable au plan en cinq points ou faut-il s’attendre à une volte-face des maîtres d’ouvrage publics ? En ce moment même, au cours du premier trimestre de l’année, les entreprises de construction posent les jalons pour leur exercice 2021, ce qui comprend aussi la planification du personnel.

Vous pouvez lire ici ce que signifierait pour les entreprises de construction et leurs employés une annulation inattendue de projets de construction.

La commission du Conseil des États réagit

La Commission des transports et des télécommunications du Conseil des États a elle aussi réagi. Elle a également débattu des projets de construction suspendus par les CFF. Dans un communiqué, elle précise : « La commission a par ailleurs entendu le CEO des CFF à propos de la suspension de projets immobiliers des CFF, annoncée le 26 janvier 2021. » D’après lui, cette suspension était nécessaire pour que le plafond d’endettement exigé par le propriétaire puisse être respecté. La commission regrette cette décision, qui aura des conséquences fâcheuses à moyen et à long termes aussi bien pour les CFF que pour l’économie nationale, et qui va précisément à l’encontre des autres interventions de l’État dans la conjoncture actuelle difficile. Elle a donc décidé, à l’unanimité, d’écrire aux départements compétents en la matière, à savoir le DETEC et le DFF, afin de les inviter à revoir cette décision et à présenter un calendrier pour la reprise des projets suspendus. »

La SSE va poursuivre sa campagne basée sur le plan en cinq points et s’engager pour que les maîtres d’ouvrage publics ne freinent pas l’activité des entreprises de construction.

 

 

A propos de l'auteur

pic

Susanna Vanek

rédactrice «Journal Suisse des Entrepreneurs»

[email protected]

Partager l'article